Image | Alt

Aline Lallemand

  /  Mariage   /  Mille & Espen

– Au Château d’Hattonchâtel {55210} –

Mille est, une jeune femme, norvégienne, vivant en Norvège. Elle m’a contacté suite à une publication que j’avais eu la chance d’avoir sur « French Wedding Style ». 

Celle-ci est tombée sous le charme de mon travail et a souhaité que je devienne la photographe de son mariage qui allait se dérouler au Château d’Hattonchâtel. Mille parle très bien le français car elle est venue un an en France pour ses études et a souhaité se marier, car elle affectionne beaucoup notre pays.

L’ambiance était légère et décontractée.

Je commençais par photographier la robe de Mille et de là, elle me raconte son histoire et ses traditions afin que je puisse m’imprégner de son émotion.

En fait, son mariage était très important, vous allez me répondre « et oui normal » mais surtout que pour elle, ça l’était un peu plus.

En effet, elle a tenu reprendre la robe de sa maman.

Lorsque j’ai découvert sa robe, vu de la chaleur étouffante qu’il faisait ce jour-là, j’avais peur pour elle car le tissu était très épais c’était une soie épaisse et lourde.

Sa maman s’était mariée en Norvège, en hiver, donc, il fallait avoir une tenue chaude.

Mille a fait reprendre les mensurations et a été très courageuse de la garder toute la journée mais c’était la robe de sa maman, et elle voulait après, la remettre à son tour à sa fille. A l’intérieur de la robe, chaque femme doit coudre un symbole qui devra porter chance à celle qui la portera durant toute sa vie.

Puis, tout comme nous, quelque chose de bleu.

De plus, elle m’a expliqué qu’il y aurait, à l’entrée de la salle à manger, des photographies de portraits de mariés de deux familles du couple, en remontant aux ascendants, de leurs mères à … arrière grands-parents etc …. le plus loin de la lignée.

C’était très émouvant et ça promettait beaucoup d’émotions. Vous allez le découvrir vous-même et j’espère que vous serez sensible à leur charme.

Pour continuer mon récit, nous, nous, rendîmes à la chapelle du village.

C’était une cérémonie qui était très jolie même si je ne comprenais pas le norvégien mais j’étais surtout très surprise, et d’ailleurs m’a un peu perturbé, par la discipline de tous les invités.

Vous allez sourire mais je n’ai vu aucun téléphone portable ou tablette sortir des sacs de ces jeunes gens. Rien du tout, pas une seule fois, ce qui a rendu mon reportage très propre. Donc, les amis, prenez-en de la graine !

Enfin, mon reportage se termina durant le repas.

Là encore, j’ai découvert une nouvelle tradition que j’ai adoré et que je reprendrais si j’ai la chance, un jour, de me marier car toute ma soirée même si je ne comprenais toujours pas leur langue, je comprenais, dans leurs yeux à tous, une partie des discours.

En effet, en France, entre les plats, très souvent, il y a un DJ qui anime des jeux, là, ce n’était pas le cas.

La tradition est que lorsqu’un invité tape sa fourchette sur son verre à vin, les mariés, doivent obligatoirement, se lever et s’embrasser, durant toute la soirée.

Ensuite, des proches du couple (amis et famille) toute la soirée, faisaient des discours en citant des poèmes, des histoires ou des anecdotes … c’était magique, j’avais les larmes aux yeux régulièrement et ça m’a permis de « choper » de belles images très tendres. Et non, ce n’était pas ennuyeux mais émouvant, tout ce que j’aime, de la joie, des pleurs, tous les ingrédients qui forment « L’émotion ».

Puis entre chaque discours, on se levait et on buvait un verre de vin !

 

Gardez une trace de votre histoire

Instagram

@aline_lallemand

Suivez-moi

contact@alinelallemand.com